Le Point éco d’A.D du 06/07

Par défaut

Hello,

On nous prend pour tes truffes ! Rappelez vous il y a tout juste une semaine : euphorie généralisée, le monde, et en particulier la zone Euro, sont sauvés, tout le monde se félicite, pavoise etc.

Pour ceux qui ont bonne mémoire, l’objectif de ce énième sommet Européen « de la dernière chance » était avant tout de soulager l’Italie et l’Espagne qui se trouvaient alors dans une situation plus que critique. Signe de ces difficultés, leur taux d’emprunt qui n’apparaissait pas (et qui n’était pas) soutenable à court / moyen terme. Regardons où nous en sommes aujourd’hui (ci-dessous) : les taux d’emprunt à 10 ans de l’Espagne étaient de 6.94% avant le sommet, ils sont tombés à 6.24% après le sommet… pour remonter depuis hier et se trouvent « as we speak » à 6.90% !!! Le cas de l’Italie est aussi semblable.

Donc… soit les marchés ne comprennent rien à rien, soit les solutions « durables » apportées suite au sommet de la semaine dernière ne sont pas si durables et solides que ça …

Je vais opter pour la 2ème option. Cela dit nous sommes maintenant habitués à ces sommets qui sont censés régler tous nos problèmes, seulement pour nous rendre compte quelques jours plus tard qu’en fait les problèmes persistent. Combien de fois a-t-on considéré la crise Grecque comme réglée ?!

Revenons un peu en arrière pour analyser les  décisions prises :

  • La séniorité des bonds achetés par la BCE, le FESF ou le MES à l’avenir (fond de sécurité de la zone Euro) sera à présent la même que ceux des investisseurs privés. Ceci est un message positif pour le marché car en cas de défaut, la BCE ne sera pas favorisée par rapport aux investisseurs privés. Lors du défaut partiel de la Grèce (hair cut) les investisseurs privés avaient dû prendre une perte d’environ 50% (ils avaient prêté 100, la Grèce leur a remboursé 50) alors que la BCE n’avait pas eu à subir de pertes. Maintenant tout le monde sera logé à la même enseigne. Cela veut aussi dire que désormais NOUS (ceux qui payent des impôts) payerons en cas de défaut … et oui, ce sont les Etats qui alimentent la BCE, donc nous !
  • Possibilité pour le MES de racheter des obligations souveraines des pays en difficulté (Espagne et Italie en particulier). Ok, sauf que … le MES n’a pas été ratifié / les Pays-Bas et la Finlande ont dit ouvertement qu’ils s’y opposaient / ces rachats, s’ils se font, seront sous conditions / les pays participants auront un droit de véto (oui Angela, tu l’as ton droit de véto !) et… rappelons quand même que l’Italie et l’Espagne sont censés contribuer au MES à hauteur de 30% (voir ci-dessous)!!! Pour info la France contribue à hauteur de 22% environ et l’Allemagne 30%.

2 pays qui sont ruinés (Espagne et Italie) doivent donc apporter 30% des prêts… très réaliste ! Et puis on aurait l’Italie qui emprunte actuellement à 6% sur 10 ans qui prêterait à 3%. Magnifique !

  • Possibilité pour le MES d’injecter des liquidités dans les banques en difficulté, oui, mais là encore, sous conditions et avec la mise en place d’un organisme de supervision, très cher à l’Allemagne. Si les allemands mettent un des leurs à la tête de cet organisme, croyez-moi, les conditions seront strictes !

Conclusions : si l’on en croit la réaction des marchés rien n’est réglé, on ne fait que déplacer le problème, on essaye de gagner un peu de temps mais les problèmes nous rattrapent de plus en plus rapidement. Suite à ce sommet super Mario (Monti) a crié victoire, mais je pense que c’est prématuré, et aussi plutôt maladroit.

Sur le plan macro, pas mal de chiffres cette semaine, et une confirmation que la croissance ralentit un peu partout dans le monde.

Commençons par les PMI (indices manufacturiers qui donnent une image de la santé économique du pays ou de la zone concernée).Voici d’abord la tendance globale. Nous sommes en dessous de 50 (contraction de l’activité) et à des niveaux qu’on n’avait pas atteint depuis 2009. Not good !

Si l’on regarde pays par pays, voici ce que ça donne :

La plupart des pays sont en contraction. Certains d’entre vous seront surpris de voir qu’un grand nombre de pays dits « émergents » sont aussi en contraction (Chine, Bresil, Corée, Russie, Taiwan etc.).

Ensuite l’ISM américain, certainement l’indice le plus regardé des analystes / économistes. Mauvaise surprise de ce côté-là aussi, attendu à 52 il est tombé en dessous de 50 pour la première fois depuis 2009. Regardez le graph ci-dessous. J’ai mis en rouge le PIB américain et en bleu l’indice ISM (j’ai aussi tracé une ligne noire au niveau des 50 pour l’ISM). Les 2 sont fortement corrélés et si l’on en croit la tendance de l’ISM et son récent plongeon, on devrait donc s’attendre à un ralentissement du PIB américain.

Conclusions similaires pour la zone Euro mais en pire (voir ci-dessous).

L’Allemagne, qui avait été épargnée jusque-là, commence à bien sentir le ralentissement de la croissance mondiale, elle dont le PIB dépend à 50% de ses exportations, et notamment à destination d’une zone Euro qui est ruinée ! Regardez donc le graph ci-dessous.

Et on termine avec la Chine pour être complet: idem

Face à ce ralentissement pour le moins inquiétant les banques centrales tentent d’agir pour remonter le moral des marchés et relancer la croissance. Cette semaine :

  • La PBoC (People’s Bank of China, Banque Centrale chinoise), à la surprise de tous, a baissé ses taux pour la 2ème fois en 2 mois. Ce signe ne trompe pas, la Chine s’inquiète du ralentissement de sa croissance et tente de la relancer. Elle peut se permettre cette baisse des taux d’autant plus que l’inflation a reculé. Cette baisse est peut-être annonciatrice de mauvais résultats macro à venir. Attendons et regardons ça avec attention.
  • La BOE (Bank of England) a annoncé un nouveau Quantitative Easing (assouplissement monétaire, la Banque Centrale injecte des liquidités dans l’économie pour tenter de relancer la croissance) à hauteur de £50 milliards. Les précédents QE n’ont pas franchement permis à l’économie britannique d’exploser (la Grande Bretagne est actuellement en récession), on ne voit pas pourquoi celui-ci ferait des miracles …
  • La BCE a abaissé ses taux directeurs de 0.25% à 0.75%. Nous atteignons maintenant un record bas (voir ci-dessous). Par contre Mario Draghi a aussi annoncé que la BCE ne comptait pas, pour le moment, relancer le programme de rachat de dette souveraine de pays en difficulté (Italie, Espagne). Les marchés n’ont pas aimé !

0.25% aux US, 0.5% en Grande Bretagne, 0.75% en zone Euro… Les taux sont à des records bas et cela est très inquiétant. En effet, une des principales armes utilisées par les banques centrales pour relancer la croissance est de baisser ses taux d’intérêts. Regardez donc les taux de 2007 (avant la crise donc), ils étaient à 4.25% en zone Euro, à 5.25% aux US et 5.75% en Grande Bretagne. Les banques centrales avaient donc à l’époque des munitions pour lutter contre la crise / pour relancer l’économie. Aujourd’hui elles se retrouvent quasiment à poil puisqu’elles ne disposent plus de leur principale arme anti-crise … alors que la croissance mondiale ralentit.

Même constat au niveau des Etats. En général, avant une crise les Etats se trouvent dans une situation budgétaire plutôt saine et des taux de dette / PIB relativement bas. Ils peuvent donc mettre en place des plans de relance budgétaire (par le déficit) afin de booster la croissance. Aujourd’hui les dettes des Etats (du moins des pays développés) sont telles qu’il est quasiment impossible de mettre en place ce genre de politique. Mais bon, nos politiques nous disent que tout va bien, ou presque, donc faisons leur confiance !

Autre évènement marquant de la semaine, le scandale de la Barclays qui est accusée d’avoir manipulé les taux Libor pendant la crise. Le Libor est le taux interbancaire, taux auquel les banques peuvent se prêter entre elles. C’est un scandale sans précédent visant à minimiser le stress, la situation catastrophique dans lequel les banques se trouvaient à l’époque. Je ne serai pas surpris de voir d’autres banques au banc des accusés dans les semaines à venir. The Economist ne s’est pas trompé (voir ci-dessous) !

D’autres sujets desquels j’aurais aimé vous parler mais je vais garder ça pour la semaine pour ne pas que cette note soit trop longue et ennuyeuse …

Au niveau de mon portefeuille la semaine est plutôt bonne. J’ai joué le EUR Vs USD, avec un euro en dessous des 1.24, c’est tout bon. J’ai aussi racheté des shorts lundi et mardi. Je suis dans le vert sur ces positions, et elles me permettent de limiter les pertes (non réalisées) enregistrées la semaine dernière. Mon short sur Apple fait un peu mal et je pense couper la pose prochainement. Après tout je me concentre sur la macro et ne maitrise que mal la micro (au niveau des entreprises). Ça ne m’intéresse pas beaucoup non plus. Je reste prudent pour la suite. La situation macro est tellement inquiétante que les banques centrales pourraient à nouveau intervenir, ce qui viendrait soulager les marchés, à présent complètement accro aux politiques de soutien des banques centrales. A venir (cet aprem) les chiffres mensuels du chômage aux USA. Ils sont attendus plutôt bons, à voir… L’année dernière ils avaient été le point de départ de la très forte baisse des marchés enregistrée pendant l’été et ils m’avaient vraiment soulagé car j’étais investi à 100% en short et x2 shorts ! Je suivrai ça depuis ma voiture car je pars dans 30min en week-end à Sarlat, pour voir la famille.

Excellent week-end à tous ! A.D »

Publicités

"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s