Femmes de la rue par Sofia Peeters

Par défaut

Avec l’été et le soleil qui brille, ces messieurs en voient un peu plus de nous les femmes. Les manches et les jupes raccourcissent. Et il n’est pas rare que la plupart d’entre nous se voient faire des réflexions rarement agréables. La semaine dernière, une de mes friend sur FB racontait son ras de bol de se faire insulter car elle portait une robe « en dessous » du genou, et à peine décolleté. Je suis tombée sur le film (pas en entier, juste des extraits) de Sofie Peeters, étudiante en cinéma, elle s’est installée à Bruxelles il y a deux ans, et n’en est pas revenue de se faire autant insulter quand elle traversait son quartier. C’est tout naturellement qu’elle a décidé d’en faire le sujet de son documentaire de fin d’études.

Comme elle, on s’est toute demandé si c’était pas de notre faute. Si nos robes n’étaient pas trop courtes, nos talons trop hauts. Perso, je m’interdis de porter certains vetêments si je ne suis pas avec Chéri. Alors qu’ils n’ont rien de provocants. Le film de Sofia Peeters s’appelle « Femme de la rue ». Les femmes qui témoignent racontent qu’elles évitent certaines rues (je le fais aussi). Elles racontent que quand elles croisent des hommes, elles baissent les yeux (je le fais aussi). C’est une gymnastique quotidienne.

Alors bien sûr, comme d’habitude, les interessés pensent qu’ils complimentent la jeune femme (« chienne », « salope », « pétasse » des compliments ?) Ce qui revient souvent aussi c’est qu’elles n’ont qu’à pas se promener toutes seules, les filles. Où elles n’ont qu’à être mariées. Non mais on est où là? au Moyen-Age? Et la liberté de la femme dans tout ça?

Le film a été présenté jeudi dernier à Bruxelles et diffusé sur une chaîne flamande. De vives réactions s’en sont suivies, notamment celle du conseiller municipal, Philippe Close, qui appelle à la sanction des insultes sexistes par des amendes administratives. La commune aurait d’ores et déjà signé une convention avec le parquet pour que cela soit effectif dès le 1er septembre.

Sofie fait l’expérience de Bruxelles, mais on voit ça dans la majorité des villes. Il serait temps que ces chers messieurs regardent leur slip plutôt que nos culs. Ou tout du moins qu’ils s’abstiennent de commentaires injurieux. Ce serait beaucoup moins drôle si on insultait de la sorte leurs soeurs ou leur chère maman. A bon entendeur, ciaO ***

Publicités

Une réponse "

  1. Pingback: Journa d’une candidate Ecolo : Touche pas à ma pote « Le journal d'une philosophe engagée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s