Desperate Gays and the City – Mes amis, mes amours, mes potes CHIC !

Par défaut

Mes amis, mes amours, mes potes CHIC !

Je profite de mes vacances dans ma région natale pour vous raconter ma vie dans le sud, assis dans le jardin, un verre de rosé et un coucher de soleil.

Il y a 6 ans j’ai passé une année riche en émotions.À la suite d’une séparation je décide de rentrer chez maman, et de recommencer ma vie dans le sud après 5 ans d’absence et aucun ami…
Je décide de retourner dans cette boite de nuit qui fût jadis ma 1ère discothèque gay!
À peine arrivé, le patron (qui m’avait reconnu) est venu me saluer chaleureusement, il s’appelle Alex, grand, charismatique et tellement drôle…on devient très vite ami puis amant puis ami….
Cette unique boite gay du département sera désormais ma deuxième maison, je m’y sens bien, et je fais tout de suite de nouvelles rencontres (des amis, des plans cul, des fiancés…).
Il faut dire que le département est petit, donc les nouveaux petits culs sont très prisés.
Je commence par rencontrer un groupe d’ami qui m’accepte dans leur cercle. Je couche avec l’un d’entre eux et tombe amoureux de cette personne .
Mais je me rend vite compte que ce n’est pas une personne pour moi, surtout le jour où je me suis réveillé chez Alex, (on avait fait after chez lui) et ce cher petit copain avait pissé au lit!! Et donc sur moi!…
À l’époque je suis une pleureuse, j’attend le grand amour, dès que je rencontre quelqu’un je tombe amoureux et… tombe tout court.
Alex, qui voit tout ce qu’il se passe derrière son bar, m’a reconforté plus d’une fois en me voyant pleurer accoudé au zinc un whisky coca à la main.

Il habitait un duplex immense avec une piscine, on se réfugiait là bas des après-midi entiers à écouter Céline Dion…et à parler de nos fiancés et de l’amour. Il nous est arrivé de « baisouiller » avec Alex et un jour alors que l’on était nu dans sa piscine, il m’a fait comprendre que parfois il faut savoir dire non!!…
Non à la tentation, non au sexe pour le sexe, il fallait que je me blinde pour arrêter de souffrir….
Mais je n’ai pas de suite compris, j’ai continué à m’amuser, à papillonner, à pleurer…. Je baisais à droite à gauche, à deux, à trois… À tel point que même aujourd’hui ma réputation est toujours la même et le surnom qu’on m’avait donné toujours intact: Rowenta!

« Rowentez vous la vie!!!! » disait un ami transformiste dans son micro!!

Il y a deux troupes de transformistes qui sont devenus des amis, après avoir été amants. Ils me fascinent, toutes ces plumes, ces strass, le maquillage, les shows!!!!
Je suis absolument sous le charme du cabaret, à tel point qu’il y a 4 ans, j’ai réussi à travailler dans l’endroit de mes rêves: BOBIN’O….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s