Carnet de Voyage d’Hugo – Ubon Ratchathani et Pakse

Par défaut

1er septembre

Après une dernière soirée à Bangkok, seul touriste  dans un bar boîte avec concert  thaï au milieu de la jeunesse dorée et alcolisée, j’ai traversé la ville le lendemain matin en bateau pour me rendre à la gare ferroviaire y déposer mes affaires et attendre mon train. J’ai  flané à travers un parc et au milieu des buildings aussi hauts et beaux que la pauvreté à leur pied, j’ai aussi refusé moult propositions de body massage, « u see what i mean ? »

Je suis en direction du Laos. J’ai pris un train de nuit, la couchette est confortable, au plafond des ventilateurs (comme celui-ci) envoient du vent pour mélanger les odeurs.

Le train qui m’éloigne de la capitale m’emmène vers le nord-est, à la frontière du  Laos. Pendant le trajet, les rares lumières laissent découvrir des villes en mouvement jusque tard dans la nuit et une tranquillité paisible le long de la voie ferrée. Comme si la Thaïlande ne connaissait pas l’insécurité, on se sent en confiance jamais méfiant et en grande paix. Les couleurs et les paysages changent à la lumière du jour, les temples,  les rizières vertes et l’eau rasante bordent les rails et ouvrent la voie vers ma destination. Ubon Ratchathani ville presque frontalière avec le Laos est surtout connue pour ne pas faire parler d’elle. Il ne se passe pas grand chose à neuf heures du matin, seul le marché couvert  au bord du Mekong anime ma matinée. Tous se mêlent, cuisines et vendeurs de viandes, de fleurs et d’épices,  de vêtements qu’on ne trouvera jamais au très cher Bon Marché. Comme dit le Lonely, il fait bon se promener à Ubon, mais pas trop longtemps à mon goût.

Direction le Laos en bus, pays bien moins dense et bien plus appauvri, le Laos scintille de couleurs à dominante de vert plantation de riz. J’arrive à Pakse  dans la soirée, au bord du fleuve  Mekong large et puissant,  je change de monnaie, de pays et les gens sont toujours aussi gentils. La vie est douce de ce côté de l’Asie. Pour six dollars la nuit je loge sommairement à Pakse, je dîne au marché local. Et pour terminer ma soirée, je troque mes dernières devises thaï contre une bière grande taille de 64 ml. Je repars demain pour les 400 îles au sud du Laos et au milieu du Mekong.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s