Carnet de voyage de Hugo – Hue, ancienne capitale du Vietnam

Par défaut

Je quittais Ho Chi Minh pour un voyage de près de 24 heures en train,  à 60 km heure de moyenne,  qui m’emmènera au milieu de la côte est, dans la belle et douce ville de Hue. Sur une grande partie du trajet les paysages n’étaient pas transcendants, seuls quelques agriculteurs au milieu des rizières rendaient la vue moins insipide. Le reste n’était que champs débordés par les eaux, et autres bouts de terres aux couleurs peu rayonnantes.

Les villes traversées n’offraient pas beaucoup plus de  spectacle,  un ingénieux encastrement de vélo dans un portail retenait toutefois mon attention.

La vue s’embellissait nettement quelques heures avant mon arrivée. Le train fendait la montagne et son épaisse végétation pour faire apparaître sans discontinuer une mer claire et calme. Pendant de longues minutes, depuis la voie ferrée et à perte de vue la côte vierge de construction et recouvertes de vertes forêts plongeaient dans la mer de Chine. Le vent chaud s’engouffrait par la fenêtre ouverte et ma tête posée sur son rebord rasait les feuilles de palmier et autres plantes inconnues. Au loin, des plages de sable blanc éparses longeaient le rivage, pas de population, quelques rares bateaux, et les vallons en toile de fonds.

Ancienne capitale du Vietnam, Hue est une ville douce à vivre pour ses 400000 milles habitants. Réputée pour sa citadelle, ses tombeaux d’empereurs et son collège réservé aux élites, je me sentais concerné et m’appropriais rapidement la ville posée sur les berges de la Rivière des Parfums.

Je parcourais la belle citadelle composée de plusieurs enceintes et petits temples dans lesquels s’élevaient plusieurs colonnes de bois massives et colorées qui soutenaient des toitures de pure style pagodes. Durant ma visite je rencontrais Puru, from India, qui partageait aussi mon hôtel et  avec qui j’allais passer mes deux journées de visites. Nous terminions notre excursion par un tour dans la ville et je me laissais inviter pour une partie de football locale devant la citadelle. Quelques buts plus tard, nous dinions d’un repas frugal sur les tables basses d’une cantine de rue et trinquions avec la population locale.

Nous partimes le lendemain pour une promenade à vélo le long de la rivière visiter une pagode et les tombeaux de l’empereur. L’accueillant cimetière de l’empereur, élevé sur une colline et parcouru par une sinueuse marre de nénuphars, respirait tranquillité et sérénité. Des pins avait été plantés au milieu des tombes apportant un peu de fraîcheur dans cette matinée étouffante.
Après cette balade j’enfourchais une moto taxi de bonne facture qui fonçait vers l’aéroport pour que je puisse rejoindre Hanoï en milieu d’après-midi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s