Le Point Eco d’AD du 08/09

Par défaut

Bonjour à tous,

Wow, quelle semaine ! Elle s’annonçait animée et on n’a pas été déçu. Beaucoup de chiffres macro, et une intervention de super Mario qui a enflammé les marchés. Suite à cette intervention je vous propose un point sur la situation en zone Euro. Ensuite on décortiquera un peu les dernières nouvelles macro.

  1. La zone Euro : un vrai tournant ou un feu de paille ?

  • Rachat « illimité » de dettes souveraines des pays de la zone Euro en difficulté (Espagne, Italie en première ligne)
  • Les titres concernés seront de maturité inférieure à 3 ans
  • Les pays qui souhaitent bénéficier de cette aide doivent au préalable solliciter l’aide (formelle) de la BCE. La BCE souhaite par ailleurs que le FMI le fonds de sécurité de la zone Euro (FESF) soient aussi impliqués
  • Cette aide ne sera octroyée que sous conditions (entendez rigueur budgétaire et réformes macroéconomiques)
  • Chaque achat de dette souveraine devra être accompagné d’une vente de titres détenus par la BCE d’un montant équivalent. Ce rachat sera donc « stérilisé »
  • La BCE abandonne son statut de créancier privilégié. Si l’un de ces pays était amené à faire défaut (et donc à ne pas rembourser une partie ou la totalité de sa dette) alors la BCE ne serait pas remboursée avant les investisseurs privés
  • La BCE publiera ses rachats à fréquence hebdomadaire. Totale transparence donc.

Face à ces mesures je ne pense pas que l’enthousiasme des marchés soit justifié pour les raisons suivantes :

  • Mario a insisté sur la conditionnalité de l’aide de la BCE. Or l’Espagne a jusqu’ici refusé toute contrepartie à l’aide qu’elle souhaite recevoir, par crainte d’une perte de souveraineté. L’Italie est dans la même position, toute perte de souveraineté est inacceptable. A noter par ailleurs que ces conditions n’existaient pas lorsque Jean-Claude Trichet avait initié le 1er programme de rachat de dette souveraine par la BCE. Les Allemands auraient-ils mis un peu de pression sur les épaules de Super Mario ?!
  • L’Italie et l’Espagne sont déjà en grandes difficultés (récession, chômage, production industrielle, consommation des ménages etc.). Une rigueur accrue les enfoncera dans ce cercle vicieux (moins de dépenses de l’Etat, moins de subventions, plus d’impôts => moins de croissance / récession aggravée => moins de rentrées fiscales pour l’Etat => dette de l’Etat qui s’accroit etc.)
  • Les titres concernés étant de maturité inférieure à 3 ans, cela permettra de soulager les pays en difficulté pour se financer à court terme mais les tensions sur leur financement à plus long terme devraient persister. Autrement dit on maintient la tête de ses pays hors de l’eau, mais le poids qui les tire vers le bas est toujours là
  • Le terme « illimité » n’est pas tout à fait exact puisque chaque achat devra être compensé par une vente de titre qui figure dans le bilan de la BCE

Par contre, l’effet positif de ce programme est qu’avec cette notion de rachats illimités (même si le terme est un peu abusif), ça devrait refroidir les ardeurs des investisseurs qui spéculent la dette souveraine de ces pays. « Don’t fight the Fed » peut aussi s’appliquer à la BCE !

Pour moi le gros problème dans tout ça c’est que la qualité du bilan de la BCE va considérablement se détériorer. Mario va acheter des titres de très faible qualité (pour ne pas dire « pourris » car je ne vois pas comment l’Espagne fera pour éviter un défaut, du moins partiel, à terme) … alors que le bilan de la BCE compte déjà environ EUR 300 milliards de dette souveraine des pays dits « périphériques » (Grèce, Irlande, Portugal, Espagne, Italie). Revenons quelques années en arrière : les ménages sont endettés, leurs dettes sont transférées vers les banques (sub-prime), qui sont transférées vers les Etats (sauvetage des banques), qui sont ensuite transférées vers les banques centrales (via les rachats de dettes souveraines). Ok, et quand les banques centrales feront faillites, qui va les sauver ??? Les Etats surendettés ?! Je sais que je me répète mais il n’y a pas de solution miracle et transférer la dette ne permet pas de l’éliminer.

Par contre les anciens collègues de Mario vont être fiers de lui, il a réussi à battre les japonais, les américains et les anglais au jeu de celui qui arrive à augmenter le plus la taille de son bilan (voir ci-dessous) par rapport au PIB ! Bravo Mario !

Donc à la question vrai tournant ou feu de paille je réponds feu de paille. On va gagner quelques mois, rien de plus. Cela ne va pas créer de croissance en Espagne et en Italie, ça ne va pas permettre à ses pays d’abaisser leurs coûts du travail, ça ne va pas faire baisser le chômage, bref, pas de miracle !

2. La semaine en chiffres

Que de chiffres importants cette semaine ! Voici un aperçu :

Les PMI tout d’abord (indices qui donne une indication de la santé de l’économie, leur évolution sont fortement corrélés aux chiffres du PIB. Au-dessus de 50 on est en expansion de l’activité, en dessous on est en contraction).

Comme vous le voyez peu de pays sont en vert, ce n’est pas bon signe. La quasi-totalité des pays affiche donc une contraction de l’activité. Les pays dont le nom est en rouge sont ceux dont les chiffres sont en détérioration par rapport au mois dernier, ils sont un peu plus de 50%.

L’ISM des Etats-Unis maintenant (l’indicateur le plus suivi des Etats-Unis). 3 mois consécutifs sous la barre des 50. Quand on plonge un peu dans les détails (les différents composants) on s’aperçoit que les inventaires augmentent alors que les commandes diminuent. Accumuler des inventaires quand il n’y a pas (ou peu) de demande, c’est bien, ça crée un peu de croissance, mais ensuite que fait-on des inventaires ???  Ci-dessous un graph avec en noir l’ISM et en rouge l’ISM des nouvelles commandes – inventaires. La pente de la ligne rouge n’est pas rassurante.

Revenons maintenant sur les chiffres du chômage américain. Le taux de chômage a baissé, c’est magnifique ! 8,1% Vs 8,3% précédemment, c’est beau. L’administration américaine concurrence David Copperfield, elle fait disparaître les chômeurs des statistiques ! Regardez donc ci-dessous le taux de participation (pourcentage de la population active qui a un emploi ou cherche un emploi) est au plus bas depuis 1981. Tout ça c’est très bien à l’approche des éléctions !

Par contre, les chiffres mensuels de créations d’emploi déçoivent. Je trouve ça quand même un peu bizarre : le mois dernier on annonce de bons chiffres de l’emploi, les marchés sont contents, on passe un bon mois d’août. Hier, on annonce de mauvais chiffres, on révise ceux annoncés en d’août à la baisse (22 000 de moins tout de même), et tout à quelques jours d’une réunion de la Fed. Ça pourrait aider Bernanke à justifier un QE3 (rachat de dette souveraine à grand échelle, les marchés en raffolent) …

Voici les principaux évènements de la semaine prochaine :

L’événement que tout le marché attend avec impatience est le discours de Bernanke. QE3 ou pas QE3 ? Un QE3 ferait fortement monter les marchés actions, les prix des matières premières, l’or et l’argent surtout (l’argent a pris 3% hier, anticipation du QE3 ?). Pour moi un QE3 n’est pas justifiable et serait une aberration. Peut être que Bernanke veut gagner sa course avec Draghi, à celui qui fera le plus plaisir aux marchés. On verra la semaine prochaine.

3. Les marchés

Voici les mouvements des principaux indices. A noter que le vert pour les taux signal que le taux d’emprunt de ces Etats baisse, c’est donc positif. A l’inverse, quand les taux augmentent, c’est négatif, rouge donc.

Semaine très positive, les marchés explosent suite à l’annonce de Draghi et dans l’espoir d’une annonce d’un QE3 la semaine prochaine. Les fondamentaux sont très mauvais et continuent de se détériorer et pourtant les marchés applaudissent. Les marchés sont en surchauffe, reste à savoir quand les niveaux de marchés seront en accord avec les fondamentaux de l’économie.

On assiste à un rally de junkies ; les marchés ont besoin de leur dose d’assouplissement monétaire, de mesures « exceptionnelles » pour continuer à avancer, et ils en ont besoin de toujours plus. La chute sera brutale car les banques centrales ne pourront pas soutenir les marchés continuellement.

Au plus tard les marchés chuteront après les élections US, mais ils peuvent décrocher avant. Le catalyseur pourrait être une déception la semaine prochaine venant de Ben Bernanke, une attaque de l’Israël sur l’Iran (qui pourrait avoir lieu avant les élections américaines), une sortie de la Grèce de la zone Euro, un refus la Court Constitutionnelle Allemande (elle doit approuver, ou non, les pouvoirs octroyés au fond de sécurité, le MES, le 12 septembre) de valider le rachat d’obligations souveraines par le futur fonds de sécurité (le MES), ou des tergiversations en zone Euro, et notamment un possible refus de l’Espagne de solliciter de l’aide. Sur ce dernier point je m’explique : maintenant que la BCE a dit qu’elle pourrait effectuer des rachats illimités et que les taux d’emprunt de l’Espagne ont considérablement baissé, l’Espagne pourrait attendre avant de solliciter l’aide (qui doit être associée à une perte de souveraineté, une humiliation pour la fière Espagne), et ainsi générer des tensions dans la zone Euro.

Comme vous le voyez ci-dessus les métaux précieux comme l’or et l’argent montent fortement : les politiques monétaires ultra expansionnistes et accommodantes des banques centrales affaibli les devises papier (Euro, USD etc.) et renforcent les devises telles que l’or et l’argent. Aussi, les taux d’intérêt réel négatif observés sur un grand nombre de marchés poussent les investisseurs à chercher des rendements ailleurs, et les métaux précieux bénéficient de ces flux. L’argent et l’or ont des beaux jours devant eux.

Les taux d’emprunt de l’Espagne et de l’Italie baissent fortement sur la semaine, suite aux déclarations de Draghi. Les taux allemands eux, montent. Normal, l’Allemagne est le contributeur n°1 auprès de la BCE et des fonds de sécurité. C’est elle qui devra donc régler l’addition si / quand l’Espagne ou l’Italie feront défaut.

Sur ce je vous souhaite une excellente semaine,  A.D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s