Archives de Catégorie: Carnet de Voyage

Carnet de Voyage de Hugo – Last but not least

Par défaut

J’arrivais à Chiang Mai en soirée en plein marché nocturne, le signe annonciateur d’une ville vivante. Le lendemain je louais un vélo et m’élancais à travers la vieille ville bordée de fortifications et séparée du reste de la citée par un canal circulaire. Lire la suite

Carnet de Voyage de Hugo – De Hua Hin à Chang Mai

Par défaut

J’arrivais à Hua Hin en début de journée et louais un scoot pour visiter la ville. Cette nouvelle expérience du deux roues me permit d’échanger aimablement avec la police thaïlandaise sur le  format du permis internationnal. Mes nouveaux amis trouvaient que mon permis international ressemblait étrangement à une carte d’identité française. Lire la suite

Carnet de voyage de Hugo – de Koh Tao à Hua Hin

Par défaut

Je passais deux journées sur l’ile de Koh Tao a profité  de bains de mer dans des criques improbables. Mon scooter était mon meilleur ami pour dévaler les routes non carossables et crevassées ou chaque virage est une épreuve pour mes freins et pour mes nerfs. Lire la suite

Carnet de voyage de Hugo – Kophiphi, Koh Lanta et Railay – update

Par défaut

De jour comme de nuit, ensoleillée ou sous la pluie, il est toujours agréable de parcourir  Kophiphi et Koh Lanta, les deux iles « carte postale » de la cote ouest thaïlandaise.  Je visitais Kophiphi en velo et dormais dans un bingalow les pieds dans l’eau pour trente euros. Le lendemain je faisais le tour de Koh Lanta sur une moto 115 cm3 en esquivant les singes et autres cameleons géants qui traversaient la route. Une vache surgit de nulle part failli même provoquer ma perte, mais c’est bien un serpent d’un mètre de long qui perdit la vie sous mes roues en cette folle journée au zoo. Lire la suite

Carnet de voyage de Hugo – Hue, ancienne capitale du Vietnam

Par défaut

Je quittais Ho Chi Minh pour un voyage de près de 24 heures en train,  à 60 km heure de moyenne,  qui m’emmènera au milieu de la côte est, dans la belle et douce ville de Hue. Sur une grande partie du trajet les paysages n’étaient pas transcendants, seuls quelques agriculteurs au milieu des rizières rendaient la vue moins insipide. Le reste n’était que champs débordés par les eaux, et autres bouts de terres aux couleurs peu rayonnantes. Lire la suite